Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 janvier 2012 6 07 /01 /janvier /2012 05:23

Reiko se maquille peu en général. Un brin de fard à paupières peu discernable si l'on demeure à distance, un teint uniforme réhaussé par le soupçon granulé d'un fond de teint, la mine pas vraiment réjouie. Depuis 7 ans, Reiko travaille dans le même département comme hakken (intérimaire). Son travail consiste à faire ce que les seishain (les employés à vie de l'entreprise) considèrent comme mendokusai (chiant), à savoir les factures, les documents d'expédition, les expéditions d'échantillons, la vérification du courrier.

Pendant ces 7 années pourtant, Reiko connaît tout des tâches du département, et sans doute mieux que l'ensemble des autres employés. Son salaire n'a pas changé grandement durant ces 7 ans, une augmentation horaire de 100 à 150 yens par an, sans prime annuelle, à contrat renouvelé chaque année. 

Reiko parle anglais parfaitement, mieux que tous les employés de l'entreprise réunie,ainsi qu'une bonne maîtrise du français. C'est pourquoi, souvent, des seishain d'autres départements lui demandent des traductions à faire de toutes sortes, du slogan publicitaire au memorandum juridique. 

"Je sais faire bien plus de choses que la plupart des employés et je suis la moins bien payée." dit elle avec résignation. "On me demande de faire des tâches longues et répétitives car ils ne savent pas les faire eux mêmes et parce que je suis hakken, c'est à dire qu'on peut me confier les tâches enmerdantes". 

Son manager, un grand sec efféminé, ne sait quoi lui dire. Plusieurs tentatives de faire passer Reiko de hakken à keiyakushain (employé sous contrat à durée déterminé) n'ont porté aucun fruits. "La compagnie a des règles et ils les suivent au mot près et dans ma situation la règle dit que je ne peux changer de statut, mais les raisons ne sont pas clairement expliquées". 

Dernièrement, une chance exceptionnelle s'est offerte à Reiko. Une campagne de recrutement interne pour le département international. La compagnie requiert des personnes à l'esprit international, près à se faire envoyer et à travailler avec des étrangers. Reiko fait la demande, passe un entretien dont le contenu lui paraissait vague."Le RH n'a pas été fichu d'expliquer quel genre de talent était nécessaire pour aller dans le département". Puis vint enfin le verdict: la candidature de Reiko est refusée. 

"Je n'arrive pas à y croire, je connais des gens qui sont incapables de parler un traître mot d'anglais, qui n'ont jamais mis les pieds à l'étranger et sa candidature a été acceptée!! C'est ce genre de personne qui va être le fer de lance de la stratégie internationale?". 

Reiko est pourtant toujours là, "mais pour combien de temps encore, je ne sais pas".

Partager cet article

Repost 0
Published by Giyo Chan
commenter cet article

commentaires

Dvorah 07/01/2012 08:20

Cette vérité est vraiment très triste. Mais je ne peux m'empêcher de penser, pour l'avoir vu à travers ma carrière, que ce genre de situation existe aussi en France, malheureusement. C'est un
conseil que je donnais à mes connaissances pour le recrutement : ne pas montrer que l'on est trop brilllant ou trop diplomé, car cela nuit...

Giyo Chan 08/01/2012 06:05



Existe également le facteur favorisant ceux "dédiés" à la compagnie, ceux l'ayant rejointe depuis l'université, faisant donc partie de la "famille", un sens profondément ancré dans la mentalité
corporatiste locale. Hélas, ces Reiko sont trés nombreuses.



Présentation

  • : Les autres Japonais
  • Les autres Japonais
  • : Exploration sociale de la vie d'un étranger au Japon
  • Contact

Chroniques sociales d'un français au Japon

 

Un jour ou l’autre, nous allions tous mourir et une fois nos corps emportés et enfouis dans la terre, seuls nos amis et nos familles sauraient que nous avions vécu. Nos morts ne seraient pas annoncées à la radio, ni à la télévision. Il n’y aurait pas de notices nécrologiques dans le New York Times. On n’écrirait pas de livres sur nous. Cet honneur-là est réservé aux puissants et aux célébrités, aux gens d’un talent exceptionnel, mais qui se soucierait de publier les biographies des gens ordinaires, de ceux qu’on ne chante pas, de ceux qu’on rencontre dans la rue tous les jours de la semaine et qu’on ne prend même pas la peine de remarquer ?" - Paul Auster - Brooklyn Follies 

Chers lecteurs,

Bienvenue sur les autres japonais. Vivant au Japon depuis plus d'une dizaine d'année, j'ai commencé ce blog en 2008, afin de partager avec vous une expérience du Japon au travers des autres, les proches, les inconnus, les rencontres fortuites, parfois un compagnon de voyage dans un train, tous ceux et toutes celles qui dans un regard, des mots prononcés, des attitudes, ont laissé entrevoir un peu de leur vérité.

Les autres japonais n'a qu'un thème central, celui de vous parler de ceux dont on ne parle pas au Japon, ceux que l'on ne regarde pas, que l'on ne voit pas et que pourtant nous croisons tous les jours.

Je vous souhaite une bonne lecture. 

Giyo Chan

 


 

 

 

Ecrire à l'auteur

Archives