Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 janvier 2012 2 10 /01 /janvier /2012 14:03

Janvier 2012, tout va bien. Du moins tout va comme d'habitude. Et puis non, tout ne va pas bien. Les journées de Yuki commencent trés vite plongées dans le maelstrom de la recherche sur internet de "toute information n'ayant pas été filtré par le gouvernement ou TEPCO."

C'est bien simple, on ne croit personne désormais. Le gouvernement se veut rassurant ? "Plus personne ne leur fait confiance depuis la catastrophe et vu leur réaction vis à vis de TEPCO. C'est simple, regardez les sondages! Combien de japonais s'intéressent à nos politiciens finis et corrompus ?". Yuki tapote sur son ipad, direction le site du professeur Takeda de l'Université de Chubu. Le premier à tirer la sonnette d'alarme après le tremblement de terre du 1er janvier. " Il a dit que la radioactivité et la diffusion de Césium avait brusquement augmenté.. TEPCO a fait une enquête et cela s'est avéré vrai, pourtant le weekend suivant, ils ont suspendu les mesures, c'est pas bizarre ça ??".

Yuki fait partie de ces mamans militantes qui n'ont d'autres soucis que la santé future de leurs enfants. Yuki, elle, en a deux en bas âge. Depuis que la chaîne alimentaire a montré ses premiers signes de contamination, elle n'achète plus rien qui vient du nord. Avant les courses, elle appelle trois ou quatre supermarchés pour demander la provenance des produits. "J'ai l'impression d'être une malade, je téléphone tous les jours à différents magazins pour qu'ils me disent la provenance exacte des produits dont j'ai besoin".

La contamination radioactive, elle y croit. Sur internet foisonnent ces blogs de résidents de Fukushima et des alentours de la zone d'exclusion. "Des gens ont des cloques sur le corps, d'autres perdent leurs cheveux, certains saignent du nez en permanence, il y a des gens de Minamisoma qui en parlent sur leurs blogs.". 

Des amies de Yuki ont appris via Savechild.net, un site de mamans pour s'informer sur la radioactivité, qu'un médecin à Tokyo offrait des services d'analyses des ongles pour les enfants. "Ils font analyser les ongles en Allemagne qui recherchent les métaux lourds et les isotopes qu'un compteur Geiger ne peut pas détecter." Une de ses amies a conduit ce test pour découvrir que ses enfants vivant à Tokyo étaient contaminés au Strontium et à l'Uranium.

Parfois dans la journée, des appels lui parviennent, des emails d'information sur une localité, sur une personne, sur des enfants contaminés, la découverte d'un nouveau "hot spot".

"Mon mari n'a pas l'air de vouloir vraiment comprendre. Il a son travail, sa compagnie. Pour lui, de toutes façons si c'est vrai alors nous sommes tous condamnés, nous aurons tous le même sort alors, ça ne fera de différence pour personne."

Le départ pour le sud ne sera pas pour maintenant. Derrière ce stoicisme d'apparence, le mari de Yuki ne cache pas une inquiétude montante. "Je la comprends tout à fait, mais même si les preuves s'accumulent, cela paraît tellement irréaliste qu'on nous mente à ce point.

La vie ne s'arrête pas pour autant. Yuki voit ses amies dans les quartiers chics de Motomachi pour un lunch de luxe, partager les photos de leurs enfants, parler d'avenir..mais un avenir sans radioactivité...si possible.

Partager cet article

Repost 0
Published by Giyo Chan
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Les autres Japonais
  • Les autres Japonais
  • : Exploration sociale de la vie d'un étranger au Japon
  • Contact

Chroniques sociales d'un français au Japon

 

Un jour ou l’autre, nous allions tous mourir et une fois nos corps emportés et enfouis dans la terre, seuls nos amis et nos familles sauraient que nous avions vécu. Nos morts ne seraient pas annoncées à la radio, ni à la télévision. Il n’y aurait pas de notices nécrologiques dans le New York Times. On n’écrirait pas de livres sur nous. Cet honneur-là est réservé aux puissants et aux célébrités, aux gens d’un talent exceptionnel, mais qui se soucierait de publier les biographies des gens ordinaires, de ceux qu’on ne chante pas, de ceux qu’on rencontre dans la rue tous les jours de la semaine et qu’on ne prend même pas la peine de remarquer ?" - Paul Auster - Brooklyn Follies 

Chers lecteurs,

Bienvenue sur les autres japonais. Vivant au Japon depuis plus d'une dizaine d'année, j'ai commencé ce blog en 2008, afin de partager avec vous une expérience du Japon au travers des autres, les proches, les inconnus, les rencontres fortuites, parfois un compagnon de voyage dans un train, tous ceux et toutes celles qui dans un regard, des mots prononcés, des attitudes, ont laissé entrevoir un peu de leur vérité.

Les autres japonais n'a qu'un thème central, celui de vous parler de ceux dont on ne parle pas au Japon, ceux que l'on ne regarde pas, que l'on ne voit pas et que pourtant nous croisons tous les jours.

Je vous souhaite une bonne lecture. 

Giyo Chan

 


 

 

 

Ecrire à l'auteur

Archives