Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 octobre 2012 4 18 /10 /octobre /2012 13:46

"L'alphabet du petit our brun" ne bouge jamais du lit du petit homme. Du haut de ses 4 ans, il joue des deux langues qu'il entend  de son père, français, et de sa mère, japonaise. Il maîtrise mal le premier, faute de temps passé avec son papa, absent toute la journée au travail. Mais à son retour, c'est la langue de papa qui s'éveille dans l'esprit du petit homme, il assemble les mots, sort les jurons de papa quand il peste à table sur la journée qu'il a passé , quand il fait le bêta pour lui arracher un fou rire ainsi qu'à sa petite soeur, quand il parle avec papy et mamy de France via l'Ipad. Ces mots là il ne les entend que le soir dans la semaine et le weekend plus souvent.

Son papa l'emmène au parc, à la piscine, voire même à l'aquarium. Ou encore une sortie pour acheter au combini une boisson, un paquet d'oeuf. Qu'importe, il marche main dans la main avec son papa, égrenant toutes les questions qui l'inondent "Papa, pourquoi les voitures s'arrêtent au feu rouge ?", "Papa, pourquoi on va au combini pour acheter les oeufs?", et puis des questions soudainement plus denses. "Papa, pourquoi les papas des autres garçons ils sont pas francais comme papa?", "Pourquoi papa il parle japonais mais les papas des autres ils parlent pas français?'. Main dans la main, quel que soit le temps, qu'il pleuve ou que la nuit soit tombée, rien ne saurait priver le petit homme de ses promenades avec ce papa pas comme celui des autres.

Quand vient l'heure de dormir, le petit homme prend l'alphabet du petit ours brun. "Papa on fait l'alphabet?" demande t-il les pupilles enjouées. Les pages tournent, chacune récitées à haute voix "C'est le B...C'est le F" et ainsi de suite. Rituel voulu par le petit homme lui même. "Je veux lire le journal comme Papa" répète t-il inlassablement quand il le voit feuilleter son Canard Enchaîné joyeusement.

"Mises bout à bout les lettres forment des mots explique le Papa à son petit homme, et les mots forment les phrases que tu prononces".

Vivant loin de la capitale à près de 70 km, le petit homme n'ira jamais à l'école française, il ira à l'école japonaise comme tous ses camarades dit le Papa. Trop loin, alternatives bien trop chères, il n'y a donc qu'un choix. Son école française, ce sera dans les bras de son papa, qui pointera les mots de son doigt,  mis à flots par le son de sa voix.

Partager cet article

Repost 0
Published by Giyo Chan
commenter cet article

commentaires

Lou 19/05/2013 21:56

Bonjour,

Tombée par hasard sur ce blog, je dois d'abord vous remercier d'avoir choisir de décrire l'unique, l'individu. Si ça ne me permettra pas de faire d'hasardeuses généralisations en société, ça
m'ouvre un peu le coeur et l'esprit, et c'est bon à prendre.

Vos textes sont profondément mélancoliques. Est-ce ce que vous ressentez chez les gens que vous côtoyez? Et d'ailleurs, comment les côtoyez-vous? Qui êtes-vous? Que faites-vous?

N'y a-t-il jamais de colère, chez ces japonais qui vous entourent et que leur vie ne satisfait pas? Juste une lassitude résigné?

J'ai été heureuse de vous lire,
J'espère à nouveau le pouvoir

Giyo Chan 27/05/2013 14:01



Bonjour Lou,


Merci pour votre commentaire. Les portraits que je dresse sont ceux de personnes que je vois tel quel, parfois meme sans les connaitre plus que ca. Il est difficile de faire un portrait purement
objectif, ma facon de les rapporter s'infuse tres certainement de la perception que j'ai d'eux, est ce souvent melancolique ? Je ne suis pas sur de m'en rendre compte. Mais ce qu'ils vivent
aussi, nous le vivons egalement, peut etre pas de la meme facon, mais un jour ou l'autre nos "chemins" se croisent, et au dela du personnage, j'imagine qu'il ne reste que l'emotion et c'est bien
la que nous nous retrouvons tous. Certains lecteurs m'ont ecrit en me disant que parmi les personnages, ils auraient pu etre l'un d'eux a certains moments de leur vie. Seulement, c'est l'affaire
de chacun ! Peut etre vous sentez vous proche d'un de ces autres japonais en particulier ? Je vais reecrire quelques portraits bientot. Maintenant, qui je suis, ce que je fais, je dirais
simplement que j'observe autour de moi et j'ecris ce qui me passe par la tete quand quelqu'un -que je connais ou non- m'interpelle, ou justement ne m'interpelle pas du tout ^ ^! Merci de votre
passage et a bientot.



Olivier 23/10/2012 20:32

Toujours d'aussi beaux textes, merci beaucoup !

Giyo Chan 27/10/2012 06:31



Tout le plaisir est pour moi, merci pour le commentaire!



jaranne 20/10/2012 09:15

Très jolies scènes entre un papa et son petit. Déjà l'enfant prend conscience de sa "différence" entre lui et les autres enfants, est-ce que la réciproque existe aussi ?

Giyo Chan 27/10/2012 06:30



La réciproque existe en effet!



Présentation

  • : Les autres Japonais
  • Les autres Japonais
  • : Exploration sociale de la vie d'un étranger au Japon
  • Contact

Chroniques sociales d'un français au Japon

 

Un jour ou l’autre, nous allions tous mourir et une fois nos corps emportés et enfouis dans la terre, seuls nos amis et nos familles sauraient que nous avions vécu. Nos morts ne seraient pas annoncées à la radio, ni à la télévision. Il n’y aurait pas de notices nécrologiques dans le New York Times. On n’écrirait pas de livres sur nous. Cet honneur-là est réservé aux puissants et aux célébrités, aux gens d’un talent exceptionnel, mais qui se soucierait de publier les biographies des gens ordinaires, de ceux qu’on ne chante pas, de ceux qu’on rencontre dans la rue tous les jours de la semaine et qu’on ne prend même pas la peine de remarquer ?" - Paul Auster - Brooklyn Follies 

Chers lecteurs,

Bienvenue sur les autres japonais. Vivant au Japon depuis plus d'une dizaine d'année, j'ai commencé ce blog en 2008, afin de partager avec vous une expérience du Japon au travers des autres, les proches, les inconnus, les rencontres fortuites, parfois un compagnon de voyage dans un train, tous ceux et toutes celles qui dans un regard, des mots prononcés, des attitudes, ont laissé entrevoir un peu de leur vérité.

Les autres japonais n'a qu'un thème central, celui de vous parler de ceux dont on ne parle pas au Japon, ceux que l'on ne regarde pas, que l'on ne voit pas et que pourtant nous croisons tous les jours.

Je vous souhaite une bonne lecture. 

Giyo Chan

 


 

 

 

Ecrire à l'auteur

Archives