Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 août 2008 7 10 /08 /août /2008 01:42
Madame Yamamoto a 27 ans mais elle en fait 10 de plus. Cheveux coupés à la garçonne, coiffés au gré de ses tourbillons nocturnes sur l’oreiller, elle trimballe son sac à dos vert kaki en marchant les bras ballants, chaussée de baskets usées jusqu’à la corde. Tous les jours, elle se rend à ses cours d’informatique vêtue ainsi, ayant laissé au placard jusqu’au dernier soupçon de sa féminité. Elle vit dans cette banlieue de Tokyo, mariée bien malgré elle, après une partie de jambes en l’air qui a eu pour conséquence la naissance d’un petit garçon. Sur sa photo de mariage, elle pose, le ventre rond, avec un sourire durement arraché au côté du géniteur, au ventre également proéminent.

« Mon fils me fatigue, il ne veut rien manger de ce que je fais » dit elle, d’un ton las. Les nuits, elle les passe seule, son mari dort avec son fils, lui donne le bain et le promène durant tout le weekend. Madame Yamamoto peut ainsi s’adonner à son passe temps favori : l’apprentissage du français, qu’elle maîtriserait d’ailleurs plutôt bien, si ce n’était sa voix empreinte de lassitude.

« Je veux partir en France et me marier avec un français » dit elle, articulant chaque mot. Depuis ce séjour éclair d’une semaine qu’elle a passé en France, voyageant de Paris au Mont Saint Michel et à Nice, son dévolu s’est jeté sur ce pays du romantisme, du bon goût, là où les hommes traitent les femmes comme des reines et se soumettent au moindre de leurs caprices. Pays de l’élégance où toutes les femmes s’habillent chez Chanel, portent un sac Vuitton et passent leur temps à dépenser l’argent durement gagné par leur mari.

Madame Yamamoto ne se soucie pas de l’avenir de son couple. Chacun semble vivre de son côté avec un enfant qui ne sert même pas de trait d’union. Après avoir commis l’erreur d’être tombée enceinte, Madame Yamamoto a décidé qu’on ne l’y reprendrait plus. Finis les vêtements de femme, place aux pantalons amples, aux falzars de bagnards à l’entrejambe dégringolant, une veste kaki de pêcheur, le maquillage à la poubelle et l’allure si peu féminine dans un pays qui pourtant rivalise avec le monde entier. Elle déambule ainsi dans les rues, hiver comme été, accoutrée de la même façon, trimballant son éternel sac à dos énigmatique.

Sur les photos d’il y a 3 ans, Mademoiselle Yamamoto ressemblait à ces jeunes filles qui cherchent à plaire, les cheveux longs, le visage fin rehaussé de phare à joues, un mascara discret ravivant l’éclat de ce regard d’amande noire, et surtout, un sourire donnant au visage entier le plissement de cette joie impatiente qui attire le bonheur.

Sur l’illusion d’un sourire, enivrée, et en manque de tendresse, un bref instant partagé a tout changé en elle. Elle ne voulait que du plaisir, lui aussi. Etre enceinte sans être mariée ne lui a pas laissé d’autre choix que de cimenter cette union partie du mauvais pas. Lui, de son côté, assume pleinement l’éducation et l’avenir de son fils. Elle a décidé qu’elle n’était plus une femme pour plaire ici, ni à lui ni à son fils, ni même aux autres hommes de ce pays. Elle est une femme que l’usage a poussé à se marier parce qu’elle était enceinte. « Que penseront les voisins s’ils savent que tu es enceinte alors que tu n’es pas mariée ? » lui avait dit sa mère, guettant les allers et venues du voisinage et le regard que les autres posaient sur son foyer.

Dans une culture où l’on se doit de cultiver avec attention l’image que l’on renvoie, Madame Yamamoto s’est résignée à cette image de femme qui n’espère plus rien de son pays, de ses compatriotes.

Elle rêve toujours pourtant de cette France qui lui offrira une vie meilleure, où elle trouvera le grand amour comme Amélie Poulain. Cette France qui, elle n’y pense pas, enfante également ses victimes de la désillusion où le choc de la réalité creuse plus profondément ce désenchantement qu’elle traîne sur son dos.

Partager cet article

Repost 0
Published by Giyo Chan
commenter cet article

commentaires

Shizuka 23/08/2008 13:09

Il faut quand même ajouter qu'au Japon les femmes ont le choix de l'avortement, vous avez l'air de dire que si elles tombent enceintes elles ne peuvent que se marier, mais comment font-elles alors quand le type se défile?

Certaines gardent leur enfants, même sans être mariées.

Quant aux couples qui choisissent de régulariser leur situation en se mariant quand la fille est enceinte, il s'agit souvent de couples qui attendaient l'occasion pour se lancer dans le mariage, sans savoir se décider. Certains garçons Japonais ont parfois besoin d'un petit coup de pouce pour faire leur déclaration.

Je suppose que le cas que vous décrivez existe, peut-être un peu romancé, mais la façon dont vous le présentez risque de donner une image inexacte de la réalité.

Giyo Chan 23/08/2008 13:44


Bonjour Shizuka,

Les cas que vous citez sont vrais, mais il s`avere que celui de Madame Yamamoto ne fait pas partie de vos exemples et pourtant il est bien reel. Le cas de Madame Yamamoto ne fait pas cas de
generalite, ni aucun autre article d`ailleurs. Ce qui fait cette realite que vous mentionnez, c`est le regard que l`on porte au petit detail. Merci pour votre commentaire !





micky2be 15/08/2008 01:18

sinon t'as pas des "Chroniques sociales" d'un ton plus joyeux

Giyo Chan 15/08/2008 01:32


Bonjour,

L`objectif de ce blog n`est pas de montrer ce que des milliers de blog font deja: presenter un Japon avec ses temples, ses gens tout content et ses couleurs variees avec sa gastronomie, bien des
gens s`en chargent ! Il y a des choses au Japon qu`on ne voit pas dans les premiers mois et que l`on decouvre bien plus tard lorsque l`on porte un regard qui va bien au dela de cette premiere
impression qu`il fait bon vivre au Japon. Cela a un prix que beaucoup de locaux payent. Et c`est ce que je tache de montrer. On aime ou on aime pas ! Merci pour ta visite!


Présentation

  • : Les autres Japonais
  • Les autres Japonais
  • : Exploration sociale de la vie d'un étranger au Japon
  • Contact

Chroniques sociales d'un français au Japon

 

Un jour ou l’autre, nous allions tous mourir et une fois nos corps emportés et enfouis dans la terre, seuls nos amis et nos familles sauraient que nous avions vécu. Nos morts ne seraient pas annoncées à la radio, ni à la télévision. Il n’y aurait pas de notices nécrologiques dans le New York Times. On n’écrirait pas de livres sur nous. Cet honneur-là est réservé aux puissants et aux célébrités, aux gens d’un talent exceptionnel, mais qui se soucierait de publier les biographies des gens ordinaires, de ceux qu’on ne chante pas, de ceux qu’on rencontre dans la rue tous les jours de la semaine et qu’on ne prend même pas la peine de remarquer ?" - Paul Auster - Brooklyn Follies 

Chers lecteurs,

Bienvenue sur les autres japonais. Vivant au Japon depuis plus d'une dizaine d'année, j'ai commencé ce blog en 2008, afin de partager avec vous une expérience du Japon au travers des autres, les proches, les inconnus, les rencontres fortuites, parfois un compagnon de voyage dans un train, tous ceux et toutes celles qui dans un regard, des mots prononcés, des attitudes, ont laissé entrevoir un peu de leur vérité.

Les autres japonais n'a qu'un thème central, celui de vous parler de ceux dont on ne parle pas au Japon, ceux que l'on ne regarde pas, que l'on ne voit pas et que pourtant nous croisons tous les jours.

Je vous souhaite une bonne lecture. 

Giyo Chan

 


 

 

 

Ecrire à l'auteur

Archives