Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 août 2011 6 27 /08 /août /2011 01:41

La trentaine, bien bâti, le sourire figé sur une bouille d'enfant qui freine sa maturité, Taro a gardé sa carrure d'ancien joueur de base-ball et une étonnante jovialité. Depuis l'université, il travaille pour la même compagnie, cela fera 8 ans cette année. Et quelle belle année déjà! une promotion, un mariage avec cette jeune femme pétillante qui travaille dans la même compagnie, au bureau du président. Ils se connaissent depuis leur entrée à l'entreprise, ils sont "douki' et ne se sont jamais quittés.

 

Depuis quelques mois, Taro louvoie entre des interrogations essentielles."J'aimerais bien que les vendredi soirs, je puisse rentrer avec ma femme pour boire un coup avec elle ou même dîner, mais elle reste toujours jusqu'à 22h au bureau".

 

Sa femme travaille pour des gens à un trés haut niveau d'exigence, bien que ceux là soient souvent partis du bureau à 18h. Aux discours où le chairman harangue ses troupes, elle fait montre d'une passion excessive, quasi-fanatique pour cette compagnie qui lui a tout donné: argent, situation, et même époux.

 

Versant des larmes aux mots émouvants prononcés par le chairman, plissant les yeux à chacune de ses plaisanteries, elle est une employée dévouée. Taro est plus mitigé, il ne parle pas de la compagnie, il aimerait "trouver un équilibre avec sa vie professionelle et sa vie privée".

 

"L'idéal serait de pouvoir partir tous les deux à la fermeture normale, vers 18h00, ensemble et rentrer chez soi, ensemble". Le mot ensemble , répété à maints reprises. Au sein de la compagnie, le couple s'adonne à un jeu aux règles étranges. Dans une salle comble, ils préfèrent s'éviter, ne font montre d'aucune attention l'un envers l'autre devant leurs collègues.

 

Leur communication est muette, par email. Leur annonce de mariage également fut des plus discrètes, presque à mi-voix, chuchotée. Ils partirent en voyages de noces en Italie, dans le Nord, pour 5 jours. Sa femme en fit des plates excuses à ses collègues "je m'excuse d'avoir pris des vacances aussi longues" pourrait on traduire ce qui, ici, après tout, est une parole d'usage.

 

Au sein de l'entreprise, Taro est un employé modèle, mais toujours souriant, jovial. A l'extérieur, il replonge dans une spontanéité enfantine et délie sa langue qui, même si le bonheur reste encore frais, décrit l'esquisse d'un malaise naissant.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Giyo Chan
commenter cet article

commentaires

Dvorah 27/08/2011 08:58


Ravie de vous voir de retour sur la toile !


Giyo Chan 28/08/2011 06:12



Merci Dvorah, j'espere que vous allez bien ! L'inspiration revient par a coups!



Présentation

  • : Les autres Japonais
  • Les autres Japonais
  • : Exploration sociale de la vie d'un étranger au Japon
  • Contact

Chroniques sociales d'un français au Japon

 

Un jour ou l’autre, nous allions tous mourir et une fois nos corps emportés et enfouis dans la terre, seuls nos amis et nos familles sauraient que nous avions vécu. Nos morts ne seraient pas annoncées à la radio, ni à la télévision. Il n’y aurait pas de notices nécrologiques dans le New York Times. On n’écrirait pas de livres sur nous. Cet honneur-là est réservé aux puissants et aux célébrités, aux gens d’un talent exceptionnel, mais qui se soucierait de publier les biographies des gens ordinaires, de ceux qu’on ne chante pas, de ceux qu’on rencontre dans la rue tous les jours de la semaine et qu’on ne prend même pas la peine de remarquer ?" - Paul Auster - Brooklyn Follies 

Chers lecteurs,

Bienvenue sur les autres japonais. Vivant au Japon depuis plus d'une dizaine d'année, j'ai commencé ce blog en 2008, afin de partager avec vous une expérience du Japon au travers des autres, les proches, les inconnus, les rencontres fortuites, parfois un compagnon de voyage dans un train, tous ceux et toutes celles qui dans un regard, des mots prononcés, des attitudes, ont laissé entrevoir un peu de leur vérité.

Les autres japonais n'a qu'un thème central, celui de vous parler de ceux dont on ne parle pas au Japon, ceux que l'on ne regarde pas, que l'on ne voit pas et que pourtant nous croisons tous les jours.

Je vous souhaite une bonne lecture. 

Giyo Chan

 


 

 

 

Ecrire à l'auteur

Archives