Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 août 2011 7 28 /08 /août /2011 06:13

Keiko, trois ans plus tard.

 

Elle qui, déjà, prophétisait après son mariage un divorce probable. "Un divorce toutes les deux secondes" répétait elle. A l'époque enceinte, pour donner naissance à une petite fille, dont le père, à ses dires, se montrait d'une affection exemplaire. Mais l'homme lui même, répugnait la femme: " Chaque fois que je le vois, il m'énerve, j'ai envie de le gifler" confiait elle à ses amies, suivi d'une menace d'éxécution de son projet de divorce. En 2009, puis l'année, puis cette année encore.

 

Les disputes devenaient légions, pour des motifs peu clairs. "L'appartement de Tokyo m'appartient, tout comme la maison de Hakone, s'il n'est pas content il se tire ailleurs. Donc au bout du compte, il n'a pas grand chose à dire." Keiko se confie sans pudeur à ses amies, elles aussi devenues maman, couvrant d'injures son mari, parlant de l'après divorce s'il devait avoir lieu, traitant le père de moins que rien. Devant ses amies, et les enfants de ses amies, parfois même devant les maris de ses amies, qui l'un après l'autre, refusèrent d'accueillir Keiko chez eux." Elle parle de divorce et ne montre aucun respect pour le père de ses enfants, devant mes propres enfants! Je ne peux pas accepter qu'on ait quelqu'un comme ça chez moi.."dira l'un d'eux.

 

Le mari de Keiko travaille dans une agence touristique, il est chef d'une branche locale et travaille énormément. Ces derniers mois, il rentrait de plus en plus tard, parfois même ne rentrait pas. Entre temps, Keiko voyant ses amies devenir maman une seconde fois, se fit mettre enceinte à son tour une deuxième fois.

 

Peu après la naissance de son deuxième enfant, Keiko, sans emploi, attendit qu'il ait 3 mois pour le mettre en crèche avec sa fille, et profiter ainsi de temps libre pour sortir avec ses amies. "Ma mère n'aime pas les enfants, dit elle, et elle ne veut pas les garder, et moi ça me fatigue de les avoir sur le dos toute la journée, je ne peux rien faire".

 

Un jour, au début de cette année, le mari de Keiko lui fit l'annonce "Je veux divorcer, je suis chez une autre femme et je ne veux plus te voir, nous discuterons des détails du divorce".

 

Une pension alimentaire, des jours de visite pour le père, un contrat de divorce en cours, la prophétie de Keiko s'est "enfin" réalisée.

 

Le mari n'a plus d'alliance au doigt. Les enfants, conscients de l'absence du père, commençent à poser les questions que Keiko évite. Le père, demandant récemment à voir ses enfants, se fait éconduire à maintes reprises. "Je suis occupée, ça n'arrange pas mon agenda" lui dit une Keiko laissant pourtant ses enfants la journée entière à la créche.

 

Keiko, 32 ans, deux enfants, divorcée.

Partager cet article

Repost 0
Published by Giyo Chan
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Les autres Japonais
  • Les autres Japonais
  • : Exploration sociale de la vie d'un étranger au Japon
  • Contact

Chroniques sociales d'un français au Japon

 

Un jour ou l’autre, nous allions tous mourir et une fois nos corps emportés et enfouis dans la terre, seuls nos amis et nos familles sauraient que nous avions vécu. Nos morts ne seraient pas annoncées à la radio, ni à la télévision. Il n’y aurait pas de notices nécrologiques dans le New York Times. On n’écrirait pas de livres sur nous. Cet honneur-là est réservé aux puissants et aux célébrités, aux gens d’un talent exceptionnel, mais qui se soucierait de publier les biographies des gens ordinaires, de ceux qu’on ne chante pas, de ceux qu’on rencontre dans la rue tous les jours de la semaine et qu’on ne prend même pas la peine de remarquer ?" - Paul Auster - Brooklyn Follies 

Chers lecteurs,

Bienvenue sur les autres japonais. Vivant au Japon depuis plus d'une dizaine d'année, j'ai commencé ce blog en 2008, afin de partager avec vous une expérience du Japon au travers des autres, les proches, les inconnus, les rencontres fortuites, parfois un compagnon de voyage dans un train, tous ceux et toutes celles qui dans un regard, des mots prononcés, des attitudes, ont laissé entrevoir un peu de leur vérité.

Les autres japonais n'a qu'un thème central, celui de vous parler de ceux dont on ne parle pas au Japon, ceux que l'on ne regarde pas, que l'on ne voit pas et que pourtant nous croisons tous les jours.

Je vous souhaite une bonne lecture. 

Giyo Chan

 


 

 

 

Ecrire à l'auteur

Archives