Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 février 2010 7 14 /02 /février /2010 06:59
Après l’université, la vie active, l’intégration immédiate dans une structure japonaise au régime traditionnel. La compagnie endosse une image prestigieuse, son histoire est longue, son nom s’affiche en lettres capitales sur les gratte ciels, dans les trains, dans les gares, les journaux et les panneaux publicitaires. Ken a de quoi être fier, pourrait on penser. Mais depuis 10 ans, sa carrière est déjà programmée. Il sait déjà le salaire qu’il aura dans dix ans. Ses responsabilités ? « Le moins possible, me dit il ». Chaque matin, sa division commence par le « chourei », le meeting matinal ; lorsque les hauts parleurs jouent le son de la cloche de Big Ben. Après avoir fait le tour d’horizon de l’agenda de chacun, le speech d’une minute, sur un sujet sans rapport avec rien, un teddy bear porte-bonheur, le shopping d’électronique, le dernier restaurant visité...

Et la vie suit son cours jusqu’au prochain son de cloche.

Ken planche sur son travail de routine, un travail impliquant des contacts à l’étranger et où l’usage de l’anglais est primordial. Seulement pour Ken, l’anglais est loin d’être son fort, tout comme ses collègues autour de lui. Chaque jour vient lui surenchérir sa dose quotidienne de stress. « Je ne comprends pas ce que nos partenaires de l’étranger nous demandent, je ne comprends pas la logique et je ne sais pas quoi faire » rabâche t-il. La vérité est que Ken est confronté à des situations où seul le sens de l’initiative lui permettra de l’emporter. « On ne peut changer les processus tout d’un coup, c’est comme ça au Japon » répète t-il à ses collègues pour vider son sac. Pendant qu’en douce, à l’abri du regard des autres, il appelle à l’aide le département où le peu d’occidentaux siègent pour leur demander de régler l’affaire.

Ce département dont le chef, Shou , réagit au quart de tour en renvoyant violemment la balle au demandeur via un mail d’une sècheresse coupante : « Il ne saurait être question que vous nous transfériez la responsabilité de ce qu’est VOTRE travail, si vous souhaitez notre aide, veuillez confirmer par écrit que le moindre problème pouvant survenir ne sera le fait que de votre responsabilité ». Ken, du coup , bloque, s’avise et classe le dossier sans suite, jusqu’au jour où le silence conduit à l’incident technique occasionnant un rappel de produit massif. Dans l’immédiat, Ken refuse de réagir à l’incident isolé signalé par les branches internationales, craignant pour la sécurité de l’emploi de ses « douki », camarades de promotion, à l’usine. Il garde sous silence le problème. Jusqu’à ce qu’un appel du responsable à l’étranger le mette dans une situation à laquelle il craignait d’être confronté : réaction immédiate ou le destin de la compagnie est scellé.

Ken est à bout, il veut changer de poste. « Dans mon travail actuel il faut tout le temps changer les règles, comment peut on fonctionner comme ça ? Si je veux changer le moindre truc je dois demander au département responsable qui m’orientera vers un autre qui cherchera à transmettre la responsabilité à un autre pour qu’en fin de compte rien ne se passe et que tout tourne en rond , alors pourquoi devrais je prendre le risque d’engager ma responsabilité alors que celle de tout le monde y est engagé ?» Une réponse type d’une de ses collègues qui lors d’un lunch lui dit amicalement « Si on dit oui à ta demande, ça va nous faire plus de travail, et si on doit changer quelque chose qui n’est pas correct alors que le projet est clos, ce n’est pas envisageable ».

Depuis un mois, Ken est en arrêt maladie.

Partager cet article

Repost 0
Published by Giyo Chan
commenter cet article

commentaires

HO_Tokyoïte 10/05/2010 14:10


Bonjour ou bonsoir, je découvre votre blog qui me donnera sans doute un nouvel horizon sur mon propre pays.

Pour l'histoire de Ken... je crois comprendre ce qu'il cherchait dans sa carrière, même si la structure où je me trouve aujourd'hui n'est pas semblable à la sienne. Enfin, on ne veut pas finir là
où on est, c'est normal qu'on cherche un meilleur endroit pour se perfectionner en tant que professionnel. Et quand on ne sait pas se contenter de son entourage qui consiste en "cercles", "groupes"
ou encore "coteries", on se claque comme Ken. Je n'ai qu'à lui souhaiter prompt rétablissement.


Giyo Chan 11/05/2010 01:35



Bonjour HO_Tokyoite, merci pour votre commentaire !


Je ne sais pas si ce que vous dites peut s`appliquer a Ken. Dans la mesure ou l`ensemble des membres de la compagnie reagit ainsi, Ken, et il n`est pas le seul, en vient plutot a se demander :
quel avenir pour moi ici, et quel avenir pour moi meme ailleurs ? En gros, quel avenir tout court ? De ce que Ken a pu me dire, j`en deduis que c`est quelqu`un dont l`ambition a perdu le nord et
qui se dit sans doute que la situation est partout la meme.


Ceci dit en passant, Ken n`est toujours pas revenu.



Claire 20/04/2010 10:14


Très bien vu, et joliment écrit. C'est juste ... déprimant pour ceux qui cherchent a travailler au Japon et à s'investir vraiment. Cela me rappelle un post d'Uchimizu lu récemment et intitulé
"Pourquoi nous partons".


Giyo Chan 20/04/2010 12:22



Bonjour Claire, et merci pour votre commentaire. Prendre une responsabilite au Japon est une chose extremement serieuse et tres peu de gens dans les compagnies japonaises seraient prets a
s`alourdir d`un fardeau supplementaire. Mais cette realite n`est pas forcement que japonaise...  Maintenant je dirais que plutot de voir cela comme deprimant, cela devrait justement etre une
source d`inspiration pour ceux qui veulent venir travailler au Japon en gardant a l`esprit que leur difference peut apporter quelquechose et potentiellement ameliorer l`ensemble. A bientot !



Nipponman 09/03/2010 13:58


Bonjour,
Rentré récemment du Japon où j’ai vécu 11 ans (Tokyo), j’essaie de garder un lien quotidien avec ce pays en surfant sur la toile et en allant régulièrement regarder les blogs de celles et ceux qui
y vivent ou qui en parlent au travers de leur passion.
C’est ainsi que m’est venue l’idée de créer une sorte de plateforme qui recenserait par catégories les blogs dont le thème central est le Japon.
La création de mon blog étant encore très récente, les blogs présentés sont ridiculement peu nombreux par rapport au nombre existant mais je compte d’ici un mois approcher le nombre de 1000. Le but
n’est pas de créer un annuaire exhaustif mais de regrouper les blogs susceptibles d’intéresser par centres d’intérêt.
Chaque fois que j’entre un blog, je me permets de solliciter son auteur pour m’aider à la présentation.
Je lui demande les choses suivantes :
-une présentation (7-8 lignes maximum) de son blog.
-Le nom d’utilisateur souhaité (pseudo du blog ou véritable nom)
-La catégorie de classement souhaitée
-Les thèmes de présentation à ajouter
Pour avoir une idée plus précise de ce que je fais et un aperçu de la présentation de votre blog, je vous invite à vous rendre sur mon blog :
http://annuaire-blogs-japon.over-blog.com/
Je vous remercie par avance de votre collaboration.
Amitiés nippones.
PS : si vous ne souhaitez pas que votre blog soit répertorié, merci de me le faire savoir. Vos suggestions, critiques et commentaires sont les bienvenus. N’hésitez pas !


senbei 28/02/2010 08:22


Toujours aussi intéressant, toujours aussi juste (du moins, àa ce que je comprends par ma compagne, dans une grande boite internationale, et par les élèves effondrés qui craquent en racontant leur
quotidien absurde).
Merci de partager, et de l'écrire si bien. Et vous, ça va ?

Senbei, lecteur discret


Giyo Chan 28/02/2010 08:48


Merci pour vos compliments Senbei ! Moi, ca va, tres occupe donc moins disponible qu`avant pour ecrire...Ceci dit je maintiens la parution des articles autant que possible


Riensdutout 23/02/2010 01:40


Bonjour,

Cf le film de 1952 (Vivre) de Kurosawa dont l'aspect de la responsabilité dans la société japonaise (pas seulement dans le monde du travail...) est admirablement abordée.


Giyo Chan 28/02/2010 08:45


Bonjour Riensdutout, merci pour la reference !


Présentation

  • : Les autres Japonais
  • Les autres Japonais
  • : Exploration sociale de la vie d'un étranger au Japon
  • Contact

Chroniques sociales d'un français au Japon

 

Un jour ou l’autre, nous allions tous mourir et une fois nos corps emportés et enfouis dans la terre, seuls nos amis et nos familles sauraient que nous avions vécu. Nos morts ne seraient pas annoncées à la radio, ni à la télévision. Il n’y aurait pas de notices nécrologiques dans le New York Times. On n’écrirait pas de livres sur nous. Cet honneur-là est réservé aux puissants et aux célébrités, aux gens d’un talent exceptionnel, mais qui se soucierait de publier les biographies des gens ordinaires, de ceux qu’on ne chante pas, de ceux qu’on rencontre dans la rue tous les jours de la semaine et qu’on ne prend même pas la peine de remarquer ?" - Paul Auster - Brooklyn Follies 

Chers lecteurs,

Bienvenue sur les autres japonais. Vivant au Japon depuis plus d'une dizaine d'année, j'ai commencé ce blog en 2008, afin de partager avec vous une expérience du Japon au travers des autres, les proches, les inconnus, les rencontres fortuites, parfois un compagnon de voyage dans un train, tous ceux et toutes celles qui dans un regard, des mots prononcés, des attitudes, ont laissé entrevoir un peu de leur vérité.

Les autres japonais n'a qu'un thème central, celui de vous parler de ceux dont on ne parle pas au Japon, ceux que l'on ne regarde pas, que l'on ne voit pas et que pourtant nous croisons tous les jours.

Je vous souhaite une bonne lecture. 

Giyo Chan

 


 

 

 

Ecrire à l'auteur

Archives