Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 septembre 2008 1 15 /09 /septembre /2008 01:05

Mine satisfaite, un verre de bière Asahi à la main, Sylvain est un homme comblé. Arrivé il y a 10 ans au Japon,  fan du pays du Soleil Levant, il parle un japonais relativement courant, appris « sur le tas » dans sa ville natale grâce aux  « mangas » et jeux vidéos dont il est passionné et aussi grâce à Kyoko, sa femme rencontrée en France.

 

 C’est ensemble qu’ils ont décidé de tenter l’aventure à Tokyo. Kyoko est plus âgée que lui. Lui a abordé la trentaine sereinement, elle commence à sentir l’urgence d’avoir un enfant. «  On n’ est pas pressés, et puis une vie de famille au Japon c’est pas franchement notre truc, il faut beaucoup de sous pour entretenir un enfant ».  

 

 L’appartement est envahi d’ordinateurs et de consoles. Une pièce entière y est consacrée : collection de jeux vidéos de plus de 20 ans, consoles de chaque modèle, du plus vieux au plus récent, deux ordinateurs PC tournant en permanence téléchargeant  jeux , vidéos et musiques.

 

 Il connaît Akihabara comme sa poche pour les jeux vidéos. « Certains jeux sont introuvables en France, beaucoup de personnes font le voyage, les achètent pour une bouchée de pain et les revendent une fortune là bas ». Le week-end, des soirées de jeux vidéos sont régulièrement organisées avec les copains : au rendez vous, pizzas, bières et Mario Bros. « Ca ne gêne pas ma femme, elle est assez cool là-dessus, elle en profite pour passer le weekend  chez ses parents et j’ai le champ libre ! ».

 

Kyoko et Sylvain ne se sont jamais fait d’infidélités. « Je pense que notre conception du couple est très bonne, elle me respecte et je la respecte, on peut faire ce qu’on veut et on se fait des concessions qui nous conviennent ». Il enchaîne sur les autres couples  « A la différence d’autres couples, je ne me prends pas la tête sur la question du mariage, moi je crois que c’est de la connerie car j’ai pas eu besoin d’épouser ma femme pour l’aimer, pour moi ça a été purement une question de visa, ça me fait rire ces gens qui veulent absolument  une cérémonie pour faire plaisir à la famille ».

 

De ces gens il en connaît beaucoup qu’il rencontre occasionnellement à des soirées de fans du Japon. « Ils viennent tous avec des rêves dans la tête, ils ne comprennent pas certaines choses, par exemple qu’une japonaise de 25 ans n’a qu’une idée en tête c’est de se marier, et avec un français ça fait classe ». D’où souvent les échecs de couple franco-japonais attribués, selon lui, à ce manque de lucidité. Pour Sylvain, le problème ne s’est pas posé. Kyoko approchait de la trentaine quand ils se sont rencontrés et déjà elle faisait preuve « d’une très grande maturité par rapport aux autres femmes ».  Les touristes sexuels lui font honte, il méprise ces français fous de jeux vidéos et de japonaises qui ne viennent que pour assouvir des fantasmes.

 

Néanmoins il respecte ceux qui s’en sortent. Notamment ceux qui comme lui, acceptent l’idée de l’absurdité du mariage tout en profitant de son intérêt. Le visa mariage est le meilleur des visas. Si beaucoup de gens se marient par sincérité, d’autres le font juste pour le visa. « Et il y a des japonaises qui se font avoir, mais après tout on ne va pas les pleurer, si ça peut leur apprendre à réfléchir que c’est de la connerie de se ruer sur quelqu’un pour l’épouser ».

 

Connaît-il des gens, cependant, qui sortant du cadre de ce qu’il décrit, parviennent à avoir une vie heureuse ? « Très franchement non, parce que parmi ceux que je connais certains sont tellement accaparés par leur femme qu’ils n’ont plus de vie à eux, la preuve je n’ai plus de nouvelles d’eux, ils ne viennent plus aux soirees et pourtant je sais qu’ils sont toujours au Japon»

Partager cet article

Repost 0
Published by Giyo Chan
commenter cet article

commentaires

Theo 29/09/2008 11:20

Petit aparté sur le "tourisme sexuel"... Ca me choque un peu.
Je sais bien que ça existe, mais au regard de la Thailande par exemple, le terme semble fort pour le Japon. On a affaire à des mâles étrangers qui aiment les japonaise, et des japonaises qui veulent bien se taper des mâles étrangers... pas de relans d'argent, de pauvreté, de soumission là-dedans...
Si l'on veut dénoncer le gaijin venant se taper une japonaise, on pourrait dénoncer ces japonaises avides de gaijin et qui aiment les exhiber à leur bras devant les copines médusées et envieuses.
Tout celà est affaire de fantasme, de mon point de vue, et n'a rien de dégradant ni de dénonçable finalement.

eg 28/09/2008 08:21

Mariage-visa j'ai vécu ça en France avec mon mari japonais...Mariés dans l'urgence certes...mais bon, ça tient depuis 17 ans..
Se marier pour le visa est il une bonne raison? y a t il de bonnes raisons pour se marier? puisque l'amour rend aveugle et qu'on ne sera de toute façons jamais les mêmes au bout de 10 ans...
Interessante réflexion.
Mieux vaux ne pas juger ce qu'on n'a pas vécu

Laurent 17/09/2008 02:31

je connais aussi des gens que la question du visa a aussi un peu piusse au mariage. mais je crois qu ils en avaient aussi rellement envie.
il a l air d aimer sa femme (d'apres ce que tu dis) et finalement cette vie semble lui convenir. Mais de façon générale ce n'est vraiment pas une bonne raison de se marier. facile à dire je sais. Comme dit le proverbe il ne faut pas mettre la charrue avant les boeufs.
par contre ces histoires de japonaises qui veulent absolument se marier à l'approche de la trentaire...elles le disent elle-mêmes comme pour rigoler de cette coutume. Mais il y a aussi des gens sinceres, j'ose l'espérrer.
Il faudrait voir aussi un peu ailleurs pour comprendre l'importance du mariage. Faire des enfants hors mariage n'est pas bon. Or fonder une famille est, si j'en crois les gens autour de moi, un terrain d'épanouisssement, de réalisation de soi-même pour beaucoup de gens, même si ça coute cher, même si il faut faire des concessions.
ce n'est aussi simple que "les japonaises veulent se caser avant leur date de péremption". Forcément, on n'attend pas d'avoir 40 ans pour faire des enfants.

Présentation

  • : Les autres Japonais
  • Les autres Japonais
  • : Exploration sociale de la vie d'un étranger au Japon
  • Contact

Chroniques sociales d'un français au Japon

 

Un jour ou l’autre, nous allions tous mourir et une fois nos corps emportés et enfouis dans la terre, seuls nos amis et nos familles sauraient que nous avions vécu. Nos morts ne seraient pas annoncées à la radio, ni à la télévision. Il n’y aurait pas de notices nécrologiques dans le New York Times. On n’écrirait pas de livres sur nous. Cet honneur-là est réservé aux puissants et aux célébrités, aux gens d’un talent exceptionnel, mais qui se soucierait de publier les biographies des gens ordinaires, de ceux qu’on ne chante pas, de ceux qu’on rencontre dans la rue tous les jours de la semaine et qu’on ne prend même pas la peine de remarquer ?" - Paul Auster - Brooklyn Follies 

Chers lecteurs,

Bienvenue sur les autres japonais. Vivant au Japon depuis plus d'une dizaine d'année, j'ai commencé ce blog en 2008, afin de partager avec vous une expérience du Japon au travers des autres, les proches, les inconnus, les rencontres fortuites, parfois un compagnon de voyage dans un train, tous ceux et toutes celles qui dans un regard, des mots prononcés, des attitudes, ont laissé entrevoir un peu de leur vérité.

Les autres japonais n'a qu'un thème central, celui de vous parler de ceux dont on ne parle pas au Japon, ceux que l'on ne regarde pas, que l'on ne voit pas et que pourtant nous croisons tous les jours.

Je vous souhaite une bonne lecture. 

Giyo Chan

 


 

 

 

Ecrire à l'auteur

Archives